CADALSO (J.)


CADALSO (J.)
CADALSO (J.)

Vivant aux confins d’un monde qu’il voulait néanmoins connaître et juger, Cadalso Vázquez de Andrade passa son existence déracinée à la recherche de la réalité stable. Sans cesse il reprit la quête de son identité personnelle, sans cesse il interrogea la société espagnole de son temps, tourmenté par la contradiction d’une carrière militaire et d’une vocation intellectuelle, d’une grande sensibilité naturelle et d’une formation rationaliste, interdit par la censure, refusé par son milieu, curieux et désenchanté.

Un examen critique de l’Espagne

Ainsi se présentent les Cartas marruecas (Lettres marocaines , 1774), l’œuvre qui valut à Cadalso une réputation de penseur et d’écrivain que ni Los Eruditos a la violeta (Érudits à l’eau de rose , 1772) ni Noches lúgubres (Nuits lugubres, 1792) n’auraient pu lui donner. «Ces lettres, assure-t-il, traitent du caractère national, tel qu’il est aujourd’hui, et tel qu’il a été.» Par ces quelques mots d’introduction, Cadalso soulignait plusieurs aspects inattendus et modernes de son œuvre: après avoir reçu des jésuites une éducation conforme à l’esprit du siècle, il avait été fortement marqué par un séjour à Paris; ses lectures étrangères, françaises et anglaises surtout, l’avaient imprégné d’idées nouvelles, qui ne devaient mûrir que très lentement en Espagne. Le moins étonnant n’est certes pas que Cadalso envisage d’emblée les problèmes sur le plan national, par-delà toute la diversité des provinces, des traditions locales, des particularismes. Concession à une mode étrangère? Les autres orientations du livre prouvent qu’il n’en est rien. Cadalso considère son pays avec une conscience déjà européenne: il le compare, dans son entier, aux autres nations occidentales; il se penche sur l’histoire de la «nation» espagnole, pose la question de son avenir. C’est bien, en effet, la décadence de l’Espagne tout entière qu’il tente de cerner, c’est la situation actuelle de son peuple qu’il analyse de lettre en lettre; le peuplement, l’enseignement, le retard économique par rapport aux pays voisins, la philosophie, les traditions. À la différence d’autres philosophes, ses contemporains, Cadalso saisit les problèmes de son pays à travers l’histoire «nationale», et non plus à la manière d’un chroniqueur ou, à l’inverse, en se situant dans les larges perspectives de l’histoire humaine en général, qu’un Rousseau aimait tant à reconstituer.

Préoccupation sociale et souci de vérité

L’intérêt majeur de cette façon d’approcher la réalité nationale réside sans doute dans l’importance accordée au «social»: cette préoccupation ravive à tout moment et diversifie la réflexion critique et inquiète de Cadalso. Certes, en attribuant son témoignage à un voyageur étranger (Gazel Ben-Aly, l’auteur supposé est un Marocain qui écrit sur l’Espagne à un autre Marocain, son ami Ben Beley), en réutilisant ainsi un procédé devenu presque conventionnel, l’écrivain désirait prendre ses distances, traiter du pittoresque aussi bien que des idées; mais il retenait surtout un moyen de varier constamment les points de vue sur la société espagnole, pour arriver peut-être, à force de débats et de confrontations, à une vision «impartiale» de l’Espagne, susceptible de servir à ses compatriotes. Cadalso aspirait à découvrir et à montrer la vérité de son pays et de son temps, mais il voulait que cette vérité fût profitable, que la méditation fût utile. Influence des jésuites, du milieu familial ou d’une époque? Cette volonté utilitaire, poussée parfois jusqu’à l’outrance, l’entraîna à défier l’Inquisition, à se heurter à la censure, car pour être utile il faut être vrai, et donc dénoncer des inconséquences, des vices, des contradictions.

Les Lettres attendirent quinze ans avant d’être publiées (1793).

Vers une éthique sociale

Il serait pourtant bien exagéré de voir en Cadalso un philosophe révolutionnaire. Libéral, mais sincèrement attaché néanmoins à l’essentiel des valeurs traditionnelles, Cadalso n’a pas créé d’idées profondes et originales. Il s’est plutôt inspiré de nombreux thèmes européens pour aborder dans un certain esprit la réalité de sa propre nation. Mais l’attitude qu’il adopta face à cette réalité faisait de lui un étranger dans le milieu où il vivait. S’il n’allait pas jusqu’à remettre en cause les fondements mêmes de la société espagnole, il travaillait cependant à élaborer une image un peu moins traditionnelle de l’Espagne. Or, en choisissant ce parti pris de vérité, d’efficacité et d’utilitarisme, Cadalso se séparait de la tradition nationale des moralistes qui appréciaient les mœurs de leurs semblables hors du temps historique, débouchant le plus souvent sur une option, religieuse ou philosophique, universaliste. Guidé par l’observation et mû par son besoin de comparer, il redécouvrait le lien vivant, multiple, nécessaire, qui fait que l’individu ne peut s’isoler de la collectivité. Non d’ailleurs qu’il crût, comme beaucoup de ses contemporains étrangers ou espagnols, à la possibilité d’un progrès harmonieux et continu: son époque l’avait blessé, parfois même rejeté; il n’était pas sûr qu’on pût trouver des solutions à tous les problèmes. Mais il tenait à vivre jusqu’au bout son éthique sociale et utilitaire, qui lui était apparue la meilleure, opposant à l’inconnu résignation et stoïcisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cadalso — Saltar a navegación, búsqueda Cadalso puede referirse a: Cosas Cadalso: tablado que se levanta para un acto solemne y, en concreto, para la ejecución de una pena de muerte. Cadalso: antiguo elemento arquitectónico medieval consistente en un… …   Wikipedia Español

  • Cadalso — ist der Name von José Cadalso (1741–1782), spanischer Schriftsteller Ortsnamen Cadalso (Cáceres), Spanien Cadalso de los Vidrios, Spanien Cadalso (Kantabrien), Spanien Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur …   Deutsch Wikipedia

  • Cadalso — Données générales Pays  Espagne Communauté autonome Estrémadu …   Wikipédia en Français

  • cadalso — sustantivo masculino 1. Uso/registro: restringido. Tablado que se construye para la ejecución de una pena de muerte o un acto solemne: El condenado fue conducido al cadalso …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Cadalso — Cadalso, Jose, geb. zu Cadix 1741, von adeliger Familie aus Biscaya, studirte in Paris, trat 1762 beim Kriege gegen Portugal in ein spanisches Reiterregiment, ward Adjutant des Generals Aranda, 1764 Hauptmann, 1776 Major, 1777 Escadronscommandant …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Cadalso — Cadalso, Don Jose de, geb. 1741 zu Cadiz, span. Offizier, blieb am 27. Febr. 1782 vor Gibraltar; ausgezeichneter Dramatiker u. Lyriker, auch trefflicher Prosaist; »Sancho Garcia« 1771; »Poesias« 1773 …   Herders Conversations-Lexikon

  • cadalso — (De cadahalso). 1. m. Tablado que se levanta para la ejecución de la pena de muerte. 2. Tablado que se levanta en cualquier sitio para un acto solemne. 3. ant. Fortificación o baluarte de madera …   Diccionario de la lengua española

  • Cadalso — (Del occitano cadafalcs < lat. vulgar catafalicum.) ► sustantivo masculino 1 Tablado levantado para la celebración de un acto solemne. 2 Tablado levantado para la ejecución de la pena de muerte: ■ lo llevaron al cadalso por sus fechorías.… …   Enciclopedia Universal

  • Cadalso — Infobox City official name = Cadalso, Spain | nickname = | | image | | map caption = | subdivision type = Country | subdivision name = Spain | subdivision type1 = Autonomous community | subdivision name1 = Extremadura | subdivision type2 =… …   Wikipedia

  • Cadalso — Original name in latin Cadalso Name in other language Cadalso State code ES Continent/City Europe/Madrid longitude 40.23743 latitude 6.54083 altitude 439 Population 553 Date 2012 03 04 …   Cities with a population over 1000 database